Avec la convention récemment signée entre Airtel Gabon et l’Unesco, 5 000 jeunes Gabonais recevront une formation dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC).

Il est important de préciser que cela a été rendu possible grâce au fonds « Train My Generation » annoncé lors de la 2e édition du New York Forum Africa par la conférence des chefs d’Etat de la CEMAC.

Un partenariat en rapport avec le projet «Train My Generation» a été récemment ratifié à Paris par l’opérateur de téléphonie mobile Airtel Gabon et l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

Il s’agit d’offrir à 5000 jeunes, âgés de 18 à 35 ans, sur 3 ans, une formation scientifique et entrepreneuriale dans le domaine des technologies de l’information et de la communication à travers un fonds en dépôt d’une valeur de 4,3 millions de dollars ( 2 276 525 504 439.06 FCFA ).

C’est au total 100 enseignants en sciences du secondaire qui recevront également une formation en ligne.

Ils utiliseront par ailleurs leurs compétences pour fournir une assistance en ligne à 15 000 élèves du secondaire préparant leurs examens de fin d’année.

Des groupes plus restreints d’élèves apprendront à développer des applications pour téléphones portables, gérer des cybercafés et mettre en place des centres coopératifs de maintenance à travers le projet « Train My Generation : Gabon 5000 ».

L’accord a été signé par la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, et le directeur général d’Airtel Gabon, Olivier Hervé Njapoum, en présence de l’ambassadeur du Gabon auprès de l’Unesco, Gisèle Memiaghe Ossakedjombo-Ngoua.

Il prévoit, dans un premier temps, la création de cybercentres équipés de serveurs et d’ordinateurs dans des écoles de Libreville, Port-Gentil, Oyem, Bitam, Franceville et Lambaréné.

Lors de la cérémonie de signature, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a salué le partenariat avec Airtel en soulignant le potentiel d’une telle coopération avec les firmes africaines. « Le secteur privé africain est extrêmement dynamique et je suis très fière de signer aujourd’hui le premier partenariat de l’UNESCO avec une entreprise basée en Afrique », a déclaré Irina Bokova.

Olivier Hervé Njapoum, le Directeur général d’Airtel Gabon, a assuré pour sa part que son entreprise est convaincue que la jeunesse africaine peut contribuer largement au développement du continent, à condition d’être bien formée. « A travers ce partenariat, Airtel a voulu bénéficier de l’expertise de l’un des organes les plus importants du système des Nations Unies […], l’UNESCO, qui contribue à travers ses programmes en Afrique à la promotion de l’innovation basée sur la technologie et les savoirs ».

L’Ambassadeur du Gabon, Gisèle Marie Hortense Ossakedjombo-Ngoua Memiaghe, s’est félicitée de ce partenariat, évoquant les études qui « ont montré le lien causal entre le développement des télécommunications et le développement économique ».

En clôture de la 2e édition du New York Forum Africa, le président Ali Bongo Ondimba, hôte de l’événement, a annoncé la création du fonds « Train My Generation » pour la formation des jeunes dans les secteurs clés de l’économie africaine.

Sur un total de 200 millions de dollars alloués à ce fonds, environ 50 millions de dollars seront mis à disposition par les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

La décision a été prise lors du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la CEMAC convoqué à Libreville en marge du New York Forum Africa.

Lutte contre le chômage: 5000 jeunes Gabonais vont être formés grâce au fonds « Train My Generation »
Retour à l'accueil