Réunis à N’Djamena lundi 21 octobre 2013, pour un sommet extraordinaire, le 5ème du genre, cinq Chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), ont pris d’importantes décisions relatives à la situation sécuritaire en République centrafricaine

Dans leur communiqué final, les Chefs d’Etat, autres chefs de gouvernement et chefs de délégations, représentant leur pays respectif, ont fait des recommandations allant dans le sens de la restauration de la paix et de la sécurité en RCA.

Ils ont exprimé, leur préoccupation face au risque de dégradation de la situation politique, sécuritaire déjà très alarmante notamment au Nord-Ouest, au Sud et au Sud Ouest de la RCA, suite aux actes de violences récurrentes.

 

Tous ont condamné, l’instrumentalisation des populations sur la base des appartenances ethniques et religieuses à des fins politiciennes et ont lancé, un appel urgent à la communauté internationale pour une aide humanitaire urgente, aux populations centrafricaines en détresse.

Le 5ème sommet de la CEEAC demande à la classe politique et aux forces vives de la nation centrafricaine de respecter, la feuille de route de N’Djamena, la charte nationale de transition et de privilégier le dialogue, afin de capitaliser les efforts de la communauté internationale visant la restauration d’une paix durable dans le pays.

La conférence a par ailleurs instruit, le Secrétariat général de la CEEAC, de faciliter l’organisation d’une conférence nationale inclusive avec tous les acteurs de la vie politique et sociale de la RCA. Les Chefs d’Etat et de gouvernement ont décidé de fournir un effort supplémentaire, pour atteindre la capacité opérationnelle de la MISCA.

 

Ils exigent le déploiement de cette force sur tout le territoire centrafricain tout en lui demandant, de procéder aux désarmements et à l’éloignement, sans délais, volontaires ou forcés, du territoire centrafricain, de tous les éléments armés étrangers. A cet effet, ils décident d’apporter à la MISCA, l’appui aérien approprié.

La conférence s’est félicitée de la disponibilité de la République de Burundi à contribuer en troupes à la MISCA. La CEEAC qui s’engage à l’équipement et la projection de ces troupes sollicite, un appui complémentaire à la communauté internationale.

Aussi demande-t-elle aux autorités du pays, d’accélérer la réforme du secteur de la sécurité, en dotant la RCA, d’une armée nationale grâce à l’appui de la communauté internationale.

Le Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC appellent le Secrétaire général de l’ONU et la communauté internationale à traduire dans les faits, de façon urgente, les appuis financiers et logistiques à la MISCA.

 

Ils se félicitent de la brillante élection du Tchad comme membre non-permanent du Conseil de sécurité de l’ONU pour un mandat de deux ans, tout comme ils ont adressé, leurs vifs remerciements au Président de la République du Tchad IDRISS DEBY ITNO Président en exercice de la CEEAC, pour les efforts qu’il ne cesse de déployer pour la paix sur le continent en général et plus particulièrement dans la sous-région.

Dans son discours de clôture, le Président de la République du Tchad, président de la CEEAC, a demandé aux partenaires d’apporter leurs appuis à l’espace communautaire pour lui permettre d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés.

A l’issue de la rencontre de N’Djamena, les Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC ont désigné, le général de brigade des forces armées camerounaises Martin Tumenta comme Commandant de la force de la MISCA.

CEEAC : 5ème sommet extraordinaire sur la RCA
CEEAC : 5ème sommet extraordinaire sur la RCA
CEEAC : 5ème sommet extraordinaire sur la RCA
CEEAC : 5ème sommet extraordinaire sur la RCA
CEEAC : 5ème sommet extraordinaire sur la RCA
Retour à l'accueil